Accueil / Environnement /

Pas de réindustrialisation sans région ni logistique performante et durable

, par Erick Demangeon

Si les régions sont en première ligne pour faciliter la réimplantation d’usines, une offre logistique performante et durable en constitue le socle. Lors d’une table-ronde de la SITL, Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France, et Nicolas Soret, vice-président de la région Bourgogne Franche-Comté ont pris position en faveur d’un assouplissement de la réglementation sur l’implantation des entrepôts.

Les entreprises désireuses de s’implanter sur un territoire recherchent un écosystème capable de répondre à leurs besoins et à ceux de leurs salariés : tissu de fournisseurs et de sous-traitants, capacités de recherche et de formation, infrastructures de transport et de télécommunication notamment. Pour Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France, et Nicolas Soret, vice-président de la région Bourgogne Franche-Comté, les friches industrielles ne constituent pas un atout foncier pour accueillir des industries ou des entreprises de service « en raison du coût pour les réhabiliter et souvent les dépolluer ». Dans ce contexte, le projet de zéro artificialisation nette est considéré par Xavier Bertrand comme « un non-sens économique » avec la volonté de réindustrialiser la France.

Industrie et logistique se rapprochent

Chacun s’accorde pour reconnaître l’importance d’une offre logistique et de transport à proximité en revanche. D’autant que « le développement de l’intralogistique montre qu’industrie et logistique se rapprochent de plus en plus, et est pourvoyeur d’emplois et de services à valeur ajoutée », souligne Constance Maréchal-Dereu. Pour la directrice générale de France Logistique, « la compétitivité industrielle est étroitement liée à la compétitivité des services logistiques. La réindustrialisation suppose un développement vertueux au plan environnemental de la filière et de tous les modes de transport ».
Tel est l’un des objectifs de la charte d’engagements réciproques pour les entrepôts logistiquessignée en juillet par l’Etat, l’Afilog et une cinquantaine de ses membres rappelle Claude Samson.

Accélérer l’instruction des projets d’entrepôt

Au-delà de ses volets sur la préservation de la biodiversité, la décarbonation des bâtiments ou leur esthétisme, cette charte aborde « l’indispensable nécessité d’accélérer les procédures d’instruction pour aménager les projets d’entrepôt en France », précise le président d’Afilog. « En France, les délais d’instruction sont de 18 à 24 mois au minimum contre 6 mois en Allemagne ».

Réforme des procédures ICPE

Un sujet d’actualité dans les Hauts-de-France en concurrence frontale avec la Belgique : « dans le cadre de contrat d’implantation, collectivités territoriales et services de l’Etat travaillent ensemble et nos délais d’instruction sont identiques à ceux de la Belgique désormais », explique Xavier Bertrand qui, en campagne, annonce sa volonté de généraliser cette approche et de réformer les procédures ICPE.
En conclusion des débats, un consensus semble se dégager autour du projet européen de mécanisme d’ajustement « carbone » aux frontières. Il est présenté comme un moyen d’encourager les entreprises à (re)localiser leurs activités en Europe et en France en particulier.

Le magazine et les hors-séries

Stratégies Logistique 190 - septembre 2021

Stratégies Logistique n°190 est paru.

Hors-série n° 19 - Retail Chain

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement Retail Chain, qui aura lieu à Paris et en ligne le jeudi 14 octobre 2021.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.

Supplément SIMI 2019

Téléchargez ce supplément consacré à l’immobilier logistique et au salon SIMI, qui s’est tenu à Paris du 11 au 13 décembre 2019.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.